Bonne année à tous !

Je vous souhaite des spectacles à n’en plus finir : à voir, à monter et à débattre ! Des idées géniales de mise en scène ! Beaucoup de patience et une passion de malade ! 🙂 On commence l’année avec un article étoffé sur l’alphabet. C’est parti !

.

.

De très nombreuses possibilités s’offrent à vous si vous optez pour ce thème de l’alphabet. Sous forme de cabaret, de spectacle « à numéros », votre show risque vite d’être saturé : le plus difficile sera donc de sélectionner les meilleures idées… mais on préfère quand même ça à la page blanche ! 🙂

.

Vous verrez que l’âge des performeurs peut varier du tout au tout ! Cet article ne s’adresse donc pas uniquement à ceux et celles qui enseignent l’alphabet !

.

Au fait, savez-vous d’où vient notre alphabet ? Pourquoi s’appelle-t-il comme ça ? Pourquoi est-il dans cet ordre (le B après le A ?) ? Au gré de cet article, vous aurez peut-être envie d’en savoir plus pour étoffer votre mise en scène. Vous pourrez donc passer par le site https://caracteres.typographie.org/histoire/alphabet.html
.
En attendant, entrons dans le vif du sujet ! Dites « Aaaah ».

.

.

1.    Le Parlé

.

.

Jouer avec les lettres est facile. De nombreux poèmes les utilisent et les mettent en avant.

.

a.     Les acrostiches

.

.

Premier style qui nous vient en tête : l’acrostiche, un poème dont la première lettre de chaque ligne est à isoler pour pouvoir lire de haut en bas. Il y en a des célèbres, comme ce poème adressé à Auguste Mangeot, un pianiste français (1873-1942). On peut d’ailleurs lire sur Wikipédia que c’est Mangeot lui-même qui l’a rendu public…mais avait-il essayé de lire verticalement ? 🙂

.

Musique, tu me fus un palais enchanté
Au seuil duquel menaient d’insignes avenues
Nuit et jour, des vitraux aux flammes continues,
Glissait une adorable et vibrante clarté.
 .
Et des chœurs alternant, – dames de volupté,
Oréades, ondins, faunes, prêtresses nues, –
Toute la joie ardente essorait vers les nues,
Et toute la langueur et toute la beauté.
 .
Sur un seul vœu de moi, désir chaste ou lyrique,
Ta fertile magie a toujours, ô musique :
Bercé mon tendre songe ou mon brillant désir.
 .
Et quand viendra l’instant ténébreux et suprême,
Tu sauras me donner le bonheur de mourir,
En refermant les bras sur le Rêve que j’aime !

.

Pour que le public retienne les lettres sans faire un trop grand effort, surtout si l’acrostiche est compliqué, utilisez des astuces visuelles. Affichez les premières lettres sur un tableau, un écran ou à l’aide d’une projection. De cette façon, votre auditoire ne sera pas complètement déconcentré par la recherche du mot ou de la phrase caché(e). Autre solution, si votre spectacle s’y prête (et si le “poème” est plutôt humoristique que poétique), vous pouvez interagir avec le public et lui demander de répéter les lettres pour voir s’il suit.
.

b.    Les pièces de théâtre

.

.

.

  • La Comédie de l’Alphabet, de Eve-Marie Bouché (Auteur) et Karine Bernadou (Illustrations). Une pièce un peu folle apparemment, dont la critique de Valérie Meylan nous donne déjà bien envie !

.

Dès 6 ans – à partir de 18 enfants.

.

CLIQUEZ ICI POUR L’ACHETER A 3EUROS SUR AMAZON 
.
.

  • Alphabet Party, de Marc Loupias.
    Une pièce un peu plus sérieuse, pour les plus âgés. Le destin des lettres, leur rapport avec un écrivain… Pièce qui semble poétique et un peu philosophique aussi 🙂 Voici la fiche sur theatrotheque.com!
    .
    https://www.theatrotheque.com/web/lire.php?fiche=1982

.

.

  • Abécédaire, sketches de A à Z est un recueil écrit par le « collectif abécédaire ». Le groupe s’est imposé la contrainte suivante : chaque réplique commence par une lettre de l’alphabet dans l’ordre alphabétique ou dans l’ordre inverse.
    .
    Sketches de 2 à 5 personnes, modulables et hommes/femmes interchangeables.
    .
    Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du Proscenium.

c.     Les poésies

.

.

  • Sur le site généreux de Mitsouko, on trouve pas moins de quinze poèmes pour apprendre l’alphabet. Allez lui rendre visite en cliquant ici !
    Elle vous renseignera aussi des ouvrages sur l’alphabet qui peuvent être bien utiles. (bientôt j’écrirai l’article : adapter une histoire/un album en spectacle)
    .
  • Le blog de Lutin Bazar regorge d’idées, lui aussi. Je vous oriente vers une page remplie de poèmes, dont un petit recueil sur l’alphabet.
    .
  • Alphabet, de Maurice Carême se trouve notamment sur le site Agonia Français, dédié à notre belle langue. En voici les premiers vers (on l’aime, ce Maurice…)

.

A c’est l’âne agaçant l’agnelle,
B c’est le boulevard sans bout,
C la compote sans cannelle,
D le diable qui dort debout.
(…)

.

  • Paul-Vaillant Couturier publie son alphabet au début du XXème siècle, dans « Enfance ».

.

Paul se plaisait à imaginer les lettres un peu comme
se les imaginaient les enlumineurs de manuscrit…
II y avait l’A, gendarme campé sur ses bottes,
le B, gros monsieur sans fesses roulant sur son ventre,
le C qui fait la révérence,
le D qui est assis derrière son comptoir,

(…)

  • Le Clézio, auteur contemporain, dresse lui aussi sa vision de l’alphabet dans « Mondo et autres histoires».

.

Il parlait de A qui est comme une grande mouche avec ses ailes repliées en arrière ;  de B qui est drôle, avec ses deux ventres, de C et D qui sont comme la lune, en croissant et à moitié pleine, et O qui est la lune tout entière dans le ciel noir.
(…)

.
.

  • Arthur Rimbaud s’amuse avec les lettres, leurs sonorités et leurs symboles colorés dans l’un de ses poèmes les plus connus : « Voyelles ». Pas aisé à interpréter ! Conviendra aux plus fins conteurs, aux poètes adultes, aux ados narrateurs 😉 Le texte et une explication sur ce site.

.

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes

2.    Le Chanté

.

Comme d’habitude, on trouve de tout sur internet et ce n’est pas toujours heureux. Voici donc une sélection qui, bien sûr, peut être améliorée en cherchant dans vos livres, vos CDS, vos médiathèques préférées, etc.

.

a.     ABCDEFG « Ah, vous dirai-je maman » de Mozart

.

.

Une version acceptable

C’est en fait une réelle traduction de la chanson anglophone, un peu plus connue (eï bi ci di i ef dji) 🙂

.

L’air est connu et sympa à retenir même si, contrairement à ce qu’on croit, il n’est pas vraiment de Mozart. En effet, celui-ci l’a « seulement » (excusez du peu) popularisé grâce à ses douze variations sur un thème (Köchel 265).

.

mais la prosodie laisse à désirer. En tout cas le passage Té-U-véhé / double vé / ix igrèhèc ne m’enchante pas beaucoup. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez toujours supprimer ce petit glissement avec vos élèves, c’est très facile à corriger.

.

Comme d’habitude, pensez à faire connaître les grandes références aux plus jeunes (et aux moins jeunes aussi, d’ailleurs) : voici une version des douze variations de Mozart par la pianiste Clara Haskil.

.

.

1000 variantes !

.

Comme je l’ai dit, sur Internet à boire et à manger. Chacun y va de sa version « enfantine ». Évitez, par exemple, celle du Monde des Titounis aux arrangements musicaux bâclés. Le tempo choisi y est aussi beaucoup trop lent pour l’âge des enfants qui apprennent l’alphabet (le tempo intérieur naturel des bambins est plus rapide).

.

.

b.    L’alphabet en chantant

.

.

C’est mon préféré. Je suis loin d’être objectif là-dessus, je l’avoue, puisque j’aime beaucoup Chantal Goya, les arrangements de Jean-Jacques Debout et que j’ai moi-même appris l’alphabet grâce à cette chanson. Retrouvez Marie-Rose ci-dessous 🙂

Version originale de Chantal Goya (Jean-Jacques Debout)

Ici aussi, il est facile de trouver d’autres versions sur internet…

Une autre version : Florabelle et la mushroom family

.

L’adaptation n’a pas vraiment d’intérêt si ce n’est pour les images en animation 3D. L’arrangement musical est fade et déplace des accords importants à des endroits inappropriés. Dommage. Gardez Chantal 😉

.

.

c.     Sur l’air de « gentil coquelicot »

.

.

Alors, moi je ne connaissais pas du tout celle-ci. Je ne parviens pas à vous trouver un enregistrement mais si vous connaissez l’air de la chanson populaire, vous n’aurez pas de mal à le transposer sur les paroles.

.

Voici une partition du site « partitions de chansons » qui vous permettra de l’apprendre correctement.

https://www.partitionsdechansons.com/pdf/10842/Traditionnel-ABCD-mesdames.html

.

.

d.    L’Abécédaire de Boris Vian

.

.

.

De son titre complet : « Abécédaire musical à l’usage des enfants et des personnes qui téléphonent », c’est vraiment une pièce musicale et un petit bout de littérature qui font du bien aux oreilles. On connaît la finesse de Boris Vian et elle est ici mise en avant grâce à des mélodies populaires telles que « C’était Anne de Bretagne » ou encore « À La Claire Fontaine ».
.
D’ailleurs… Petit jeu pour ceux qui ne connaissent pas : reconnaîtrez-vous les 26 chansons cachées en écoutant cette version super intéressante de Lucienne Vernay ? (Si vous séchez, faites une petite recherche sur momes.net 🙂 )

.

Mes lettres/chansons préférées : B, C, D, N, U !

.

.

Le texte n’est pas facile ; même si certains instits de la toile se sont fait le pari de l’expliquer à leurs plus jeunes classes, je le recommanderais plutôt pour des comédiens avertis. En tout cas, si vous le faites avec les enfants, c’est carrément suffisant pour tout un petit spectacle ! Chaque lettre raconte une petite histoire basée sur l’alphabet téléphonique français. Si vous prévoyez 26 mini-scènes devant public, votre show dépassera allègrement les 11 minutes de la version musicale.

.

C’est une mine de vocabulaire et de références : une base solide pour un travail pédagogique bien fourni. Et en plus, les arrangements sont vraiment sympathiques alors que demander de plus ?

.

Hélas, je ne trouve pas de version Amazon chantée par Vernay et les Quatre Barbus. On se console avec celle de DEBOUT SUR LE ZINC au style très différent. Je ne l’ai pas chez moi donc je ne peux pas vous la commenter mais je vous mets le lien si vous êtes intéressé(e) par le matériel : CD, Partitions Piano, Chant, Accords et Grilles guitare.

.

.

e.    Mais encore…en vrac

.

.

Des chansons et comptines trouvées au gré du surf…

.

  • L’alphabet – Versini (sympa mais sans plus…)
    .
  • L’alphabet en français – Alain le Lait

.

Pas mal si vous ne vous sentez pas trop le courage ou la capacité de faire « chanter » les enfants : vous pouvez les faire rapper.

.

  • L’alphabet des fruits – Didier Lester

.

Alternances de faiblesses et de bonnes idées. Au final, ça sonne bien mais c’est sans doute trop compliqué à retenir pour les enfants visés, à moins de diviser en groupes, sauf si vous avez bien le temps de préparer. Une bonne chanson pour préparer le jeu des familles, par contre.
.

A noter le « H » et le « I » qui « n’ont pas de fruit »…et le « Q » « y’a rien de connu »… W, X, Y qui subissent le même sort 🙂 Tous ces « trous » font partie intégrante de la chanson… dommage sur 26 lettres d’en manquer 6…mais je trouve amusant que l’auteur ait quand même osé 🙂

“Bon…il me manque 6 lettres ! … J’y vais quand même ? … Allez pardi, j’ai trop envie !”

.

.

J’espère que cette petit exploration du net sur l’alphabet vous donnera plein d’idées pour monter votre cabaret !

.

Bon courage pour la préparation !

Sébastien

*******
Photo : Eva Van Ostade

Recherche utilisée pour trouver cet article :

scene théatre avec seulement alphabet